Accueil / Archive tout / Scénarios pour l’enseignement supérieur et la recherche en Europe en 2015 – Implications pour la reconnaissance des études

Scénarios pour l’enseignement supérieur et la recherche en Europe en 2015 – Implications pour la reconnaissance des études

par Bernd Baumgartl PhD
23/10/2006

Developing VET Scenarios in Central and Eastern Europe and Their Added Value for Policy-Making”, European Journal of Education, n° 1/98, Institute for European Educational Policy, Paris.

5 Des scénarios de développement de l’UE au cours des dix prochaines années sous-tendent le présent document sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche en Europe en général, et en particulier leurs conséquences pour la reconnaissance des études à l’étranger :

Quatre scénarios découlent de la supra-position de deux continuums, d’une part entre l’intégration européenne et la nationalisation, d’autre part entre l’accent mis sur une Europe de la priorité économique (uniquement) et l’amélioration d’une Europe de la connaissance. Le cinquième scénario, qui comporte des compétences en partie européennes et en partie nationales, implique l’abolition du principe de subsidiarité au nom du principe d’excellence dans tous les domaines politiques – et un “recul de l’État”.
SCENARIO GRID Intégration européenne Nationalisation
Priorité économique 2 Autonomie gouvernementale 5 Privatisation
Europe de la connaissance 4 Europeanisation 1 Re-Nationalisation
Europe de l’Excellence/Retraite d’Etat 3 Méga-Centres

Chaque scénario décrit d’abord un état imaginaire de l’Union, ensuite ses répercussions sur l’enseignement supérieur, et troisièmement les choix institutionnels qui en résultent en matière de reconnaissance (qui, au moment de la rédaction du présent rapport, concernent les NARIC[1] dans l’UE et les ENIC[2] dans le cadre Conseil de l’Europe/UNESCO-CEPES – les pays européens se trouvant souvent dans une seule et même institution).

1 Scénario “Re-Nationalisation”.

Le scénario 1 a pour point de départ l’impact énorme que l’adhésion a eu sur l’UE. D’ici 2015, l’Union est en crise grave. Depuis l’adhésion des premiers pays d’Europe centrale et orientale en 2004, la réforme inachevée a eu de graves implications financières pour le budget de la Commission. La Constitution est toujours en attente de mort. Depuis cinq ans, les deux derniers pays candidats attendent la ratification de leurs traités d’adhésion, mais depuis le “non” slovène à l’adhésion de la Croatie en 2009, ils ont de moins en moins de chances de trouver la majorité dans les parlements nationaux. “La “lassitude à l’égard de l’élargissement”, bien qu’elle ne soit pas étayée par les recherches d’Eurobaromètre, est le mot clé pour justifier au Conseil européen et au Parlement de retarder davantage les négociations d’adhésion de la Macédoine. Dans le même temps, la réduction du financement des anciens États membres de l’UE-15 a provoqué une opposition féroce de la population. Les gouvernements conservateurs, au cours de leur présidence de la première moitié de la décennie 2010, ont ralenti le processus d’intégration et plusieurs domaines politiques sont en cours de nationalisation – et aucune nouvelle compétence n’a évidemment été attribuée au niveau européen. La conséquence la plus visible de l’euroscepticisme généralisé a été l’abolition de l’euro et la réintroduction des monnaies nationales et régionales en 2012.

L’éducation et la science européennes ont été parmi les victimes d’une réforme bloquée et, déjà dans le traité de Košice adopté sous la présidence slovaque en 2010, l’éducation avait été presque complètement éliminée de l’agenda de la Commission par référendum dans huit États membres. Les DG EAC et RTD (respectivement éducation et recherche) ont été fusionnées dans le cadre de la “Grande Réforme” de la Commission en 2009, et leur personnel a été considérablement réduit. Les tâches qui restent à accomplir limitent la CCE à un point d’information, où les informations produites par les États membres sont traitées, harmonisées et mises à disposition. Le personnel de la CEC fournit les structures nécessaires à l’établissement des rapports nationaux, fait office de centre d’échange d’informations et gère un entrepôt de données pour l’offre d’éducation au niveau national. Les agences spéciales créées dans les années 1990 ont été fermées et la Commission, depuis le 8e PC – qui a délégué la prise de décision sur les priorités et la sélection des projets aux conseils scientifiques nationaux – ne commande que des recherches liées à son propre programme et à ses besoins (qui sont très modestes).

Cependant, l’internationalisation de l’enseignement et de la recherche s’est poursuivie entre-temps – bien qu’à un rythme beaucoup plus lent que prévu dans le processus de Bologne. Elle s’est principalement traduite par l’exportation de programmes d’universités prestigieuses et performantes vers d’autres pays. En raison d’un déclin démographique entraînant une diminution du nombre d’étudiants candidats (en particulier dans les 12 nouveaux États membres), les universités survivantes voient un nombre croissant d’étudiants étrangers et, en l’absence d’un cadre européen commun, la reconnaissance des certificats délivrés par les universités en vertu de la législation des États membres est un problème majeur. En particulier, les cursus communs convenus entre certaines universités par-delà les frontières nationales stimulent la mobilité, malgré les difficultés persistantes de nostalgie des périodes d’études et des diplômes.

Les NARICs sont plus actifs et produisent des lignes directrices et des rapports nationaux pour les étudiants étrangers. Les échanges au niveau européen sont restés au même niveau qu’au début du millénaire et l’utilisation des TIC par le biais d’une plate-forme de communication a été modernisée – il s’agissait de la dernière activité financée par l’UE en 2011. La mise en réseau non virtuelle est organisée par les NARIC de la présidence respective de l’UE et financée par les États membres en tant que principale (et unique) activité éducative communautaire de chaque présidence.

2 Scénario “Autonomie gouvernementale

Le second scénario repose sur une UE intégratrice, qui se limite cependant à ses “compétences clés” réaffirmées, à savoir l’intégration économique et monétaire. Le renforcement du principe de subsidiarité a exacerbé le clivage entre les domaines politiques relevant de la compétence de l’UE et ceux où la Commission est explicitement exclue. Conformément aux recommandations de la Convention, le traité de Plovdiv de 2012 avait en fait entraîné la suppression des ministères nationaux des finances, des relations extérieures, des affaires économiques, des transports, de l’environnement et des banques nationales, en créant des ministères européens pour l’ensemble de l’Union sur la base des résultats des élections au Parlement européen. En revanche, d’autres domaines politiques tels que les politiques sociales, la culture, l’agriculture, l’éducation et les sports sont traités exclusivement au niveau national.

D’une part, l’abolition complète des frontières, des droits de douane et d’autres barrières, et le succès mondial de l’euro comme monnaie principale, ont stimulé la recherche et l’éducation transnationales en Europe mais ces développements ont lieu dans la zone Schengen/Euroland uniquement – et entièrement en dehors de toute contribution ou réglementation de l’UE : les institutions et réseaux sont les porteurs des activités transnationales qui sont autonomes et gérés par leurs partenaires institutionnels. La concurrence entre les systèmes éducatifs nationaux et les universités et la marchandisation concomitante de l’éducation ont donné un coup de fouet à l’ensemble du secteur, qui repose désormais sur un financement solide provenant de sources diversifiées. Alors que certaines petites universités ont dû fermer leurs portes au milieu des années 2000, d’autres sont devenues des entités flexibles et bien gérées, souvent dirigées par des PDG recrutés dans les entreprises. Comme en Chine, la population a reconnu le remarquable retour sur investissement de l’éducation et, en 2010, la famille européenne moyenne consacre 8 à 12% de son revenu à l’apprentissage tout au long de la vie. L’augmentation des flux de trésorerie dans le secteur a attiré les banques et les assurances, et malgré l’absence de financement direct de l’UE – ou en raison de la disponibilité de ces fonds pour d’autres initiatives – les acteurs non gouvernementaux de l’éducation se sont développés.

Depuis qu’il est devenu le gardien de la Convention de Bologne de l’UNESCO en 2010, l’EUA a assumé de nombreuses fonctions de coordination dans le domaine de l’enseignement supérieur précédemment confiées à la Commission. Son leitmotiv principal est “Mise en réseau des réseaux” ou “Système de systèmes”. Des organismes similaires existent dans tous les sous-secteurs de l’éducation et pour différentes disciplines de recherche. Les associations scientifiques (comme l’ECER pour l’éducation) sont importantes, bien que contraintes de compter sur un soutien financier très inégal. Le parrainage de l’éducation par les entreprises se limite à des thèmes économiquement viables, et les sujets de politique souple manquent de ressources. Dans l’esprit de la Convention de Bologne, les consortiums européens d’universités décernent des diplômes conjoints, et l’UE ne finance la recherche et l’enseignement que sur une base ad hoc, via des projets et des infrastructures prédéfinis. La fragmentation de l’enseignement qui en résulte entraîne une séparation des sous-domaines et il existe peu de synergies entre l’enseignement supérieur, l’enseignement général ou l’enseignement et la formation professionnels. En même temps, une riche faune de communautés d’intérêts et de pratiques émerge et disparaît avec souplesse, en fonction des financements apportés.

Les NARIC nationaux ont cessé d’exister au début de l’année 2009, en raison à la fois du chevauchement croissant entre les compétences des NARIC et des ENIC et du fait que la question de la reconnaissance a été attribuée au renforcement du réseau ENIC au sein du Conseil de l’Europe renforcé. L’EUA organise chaque année des conférences sur la reconnaissance transnationale (souvent cofinancées par le Conseil de l’Europe) et des réseaux régionaux entre universités autonomes, mais celles-ci sont organisées par les secteurs éducatifs et scientifiques. La reconnaissance, bien que forte dans certains domaines et plus faible dans d’autres, suit les règles universellement acceptées de l’UNESCO.

3 Scénario “Mégacentres

Ce scénario prévoit la mise en œuvre du concept d'”excellence européenne” dans tous les domaines politiques – en remplacement du principe de subsidiarité. Plutôt que de fonctionner comme un gouvernement, les institutions et les acteurs de l’Union européenne visent à soutenir les institutions, les entreprises et les acteurs européens ayant un statut international pour devenir plus compétitifs sur le marché mondial. A l’instar d’un programme de développement des enfants surdoués (et tout à fait à l’opposé de l’idée d’égalité des chances), l’action et le budget communautaires sont réservés aux grands ou aux joueurs intelligents. Au lieu de disperser le budget et l’impact par le biais d’une myriade de petites subventions et de projets, une Commission plus légère favorise le succès de ceux qui ont le plus de chances de réussir. Dans le domaine de l’éducation, cela conduit à la création d’un espace européen de l’éducation et de la recherche global (c’est-à-dire EUR-48).

Dans l’esprit du huitième programme-cadre et de Socrates 4, l’éducation est désormais adaptée par l’introduction parallèle de programmes d’études identiques dans les universités des États membres. Les incitations fournies par les programmes de l’UE ont créé un certain nombre de grands et puissants centres d’éducation et de recherche (European Knowledge Centres – EKC), qui jouent le rôle de coordinateurs des programmes et projets européens. Ils attirent les meilleurs chercheurs et enseignants des universités nationales qui font face à d’énormes contraintes budgétaires. partir du 8e PC, tous les cinq ans, chacun des centres spécialisés dans un domaine spécifique publie une ligne directrice en matière de recherche et d’éducation et lance un appel à propositions aux universités secondaires. Le budget européen alloué à chaque centre est ensuite réparti en fonction des priorités convenues pour chaque domaine scientifique. L’interdisciplinarité et la pertinence politique sont devenues des mots à quatre lettres. Les principaux acteurs de l’enseignement supérieur gèrent des disciplines scientifiques européennes (par exemple, l’Institut universitaire européen de Florence – Sciences politiques européennes, la London School of Economics – European Economics, le MPI-BF ou l’Université de Brême – European Education Sciences, etc). Il y a moins de fonctionnaires de l’UE à la DG Recherche, et les CEC décident eux-mêmes de la programmation et de la distribution.

Les NARIC nationaux ont été supprimés au profit des DORIC européens (centres de reconnaissance et d’information par domaine), qui sont généralement situés dans le même pays que les EKC. Ils traitent de la reconnaissance, mais ont une influence et une portée limitées – et décroissantes – en raison de l’existence d’accords multilatéraux entre les EKC et leurs universités affiliées comme conditionnalité du financement de l’UE.

4 Scénario d'”européanisation

Ce scénario suppose la prise de mesures sérieuses pour mettre en œuvre l'”Europe de la connaissance”. Les objectifs politiques convenus à Feira, Lisbonne et Göteborg ont été avancés et la présidence estonienne 2011 a choisi “Structurer le développement des connaissances européennes et l’apprentissage mutuel” comme principale priorité pour l’intégration et l’élargissement de l’UE. Au lieu de la compétitivité économique, l’objectif commun de démocratisation de l’UE et de bonne gouvernance est la priorité manifeste. D’où une attention accrue à la politique sociale et à la qualité de vie. Le renforcement de l’éducation et de la formation tout au long de la vie et du développement des connaissances pour étayer les objectifs politiques a nécessité de s’appuyer sur l’expertise considérable de la communauté universitaire et de la recruter pour la gestion et l’élaboration des politiques européennes. Un échange intense entre la politique, la recherche et la société civile est géré grâce à de puissants forums électroniques et à des moyens de participation des citoyens.

En conséquence, la Commission a également lancé l'”européanisation” prudente (c’est-à-dire attirer et absorber toujours plus de compétences au niveau de l’UE) du processus de Bologne et s’est lancée dans une restructuration ambitieuse du développement européen des connaissances – par le regroupement, le remodelage, la réorientation et le recentrage des programmes, agences, institutions et réseaux. L’étape convaincante vers l'”Unionisation” a été la désignation d’institutions puissantes financées par le budget de l’UE pour sa mise en œuvre : EURIC + EUKNOWS comme institutions jumelles pour l’éducation et la recherche européennes, avec leurs dépenses et fenêtres dans tous les pays européens.

EURIC (fondé en 2012 – avec son siège à Bucarest) est un centre d’échange d’informations complet et un coordinateur de toutes les questions d’éducation dans l’Espace européen de l’éducation, au lieu des agences et réseaux précédents sur la reconnaissance, la mobilité, le suivi des systèmes et l’assurance qualité. En 2009, les ex ENIC, ex CEDEFOP, ex NARIC, ex Eurydice, ex ETF, ex EURES et ex ENQA, ex-EUA sont devenus de nouveaux départements de l’EURIC. Il couvre tous les sous-domaines de l’éducation, de l’enseignement préscolaire à l’apprentissage tout au long de la vie, et certifie principalement les études à court terme, les expériences d’apprentissage antérieur en cours d’emploi et les certificats d’enseignement à distance dans les grades professionnels et académiques de l’UE. EUKNOWS (situé au château de Dobris près de Prague) est chargé de renforcer l’Europe de la connaissance : un centre européen de soutien au développement de la connaissance chargé de coordonner les centres d’excellence européens et de soutenir les réseaux européens de recherche dans l’espace européen de la recherche. Il entretient des antennes dans toutes les régions européennes, les centres de ressources de connaissances, et guide les processus d’apprentissage européens soutenus par le nouveau programme-cadre européen pour la recherche et le développement des connaissances. Les NARIC, comme d’autres acteurs et institutions de l’enseignement supérieur, se sont révélés superflus dans l’espace européen de l’enseignement supérieur en tant que réseau européen distinct (et leurs tâches relèvent désormais du RID – Service Reconnaissance et Information sur les études et diplômes extra-européens – au sein d’EURIC).

5 Scénario “Privatisation”.

Le dernier scénario découle de l’hypothèse d’un “recul général de l’État”. Tant au niveau national qu’au niveau de l’UE, le gouvernement est devenu moins important. Comme dans l’Italie de Berlusconi au début de la décennie, tous les États ont poursuivi leurs politiques de privatisation et de déréglementation entamées dans les années 1990, et de puissants intérêts commerciaux et corporatifs ont pris la tête dans la plupart des domaines politiques. Les gouvernements sont devenus de plus en plus un complément curatif au marché et réglementent surtout les aspects sociaux de la vie – ceux que la “main invisible” ne traite pas. De même, la Commission consacre la majeure partie de son budget à la mise en place d’un cadre pour les entreprises européennes, à des domaines politiques tels que la sécurité, le contrôle et la police, d’une part, et le chômage et la réduction de la pauvreté. La forte polarisation des populations européennes a conduit à un accord Schengen 3 renforcé – et étroitement surveillé – de 2008, qui attribue à Europol des budgets et des pouvoirs importants. Les principales décisions budgétaires concernant le budget de la Commission et les programmes de l’UE sont désormais réglementées par la Banque centrale européenne (BCE), la politique étant subordonnée aux objectifs généraux de croissance économique et de prévention de l’inflation, et les associations européennes d’entreprises et les multinationales négocient les règles économiques sous la forme d'”accords volontaires obligatoires” au lieu des règlements et directives communautaires.

Dans le domaine de l’éducation, l’incapacité à respecter les priorités de la bonne gouvernance, de l’apprentissage tout au long de la vie et de l’Europe de la connaissance s’est traduite par une privatisation presque totale de la gestion des connaissances et de la recherche européenne. L’influence des entreprises dans les établissements d’enseignement a monté en flèche. L’Europe de la connaissance, bien qu’elle soit une intention politique inachevée, est devenue une activité commerciale réalisée. Dans un climat de dépolitisation de l’éducation, les multinationales dirigent les universités les plus en vue (par exemple, l’ancienne université Humboldt, rebaptisée Daimler-Chrysler Academy). L’importance croissante des certificats d’entreprise comme “Nokia software programmer level 4″ a remplacé les titres académiques sur le marché du travail. Le cadre de l’AGCS est souvent utilisé par les universités basées aux Etats-Unis pour contester la législation européenne – en s’opposant aux mesures de protection et en affirmant que l’éducation n’est qu’une marchandise de plus. Leurs filiales ont pris 24 % du marché européen de l’enseignement supérieur, notamment dans le haut de gamme de la qualité et des revenus. Dans l’UE également, la re-privatisation des certificats et des diplômes, ainsi que le retrait et le refus des États de réglementer des considérations de plus en plus économiques et la concurrence avaient été sanctionnés par la loi (par exemple, le ” principe fondamental de la liberté de concurrence ” de 2013 qui avait été jugé par la nouvelle Cour européenne de justice et de concurrence plus pertinent que le droit des États membres à réglementer l’éducation).

Bien sûr, l’accréditation et la reconnaissance sont cruciales dans un tel environnement de marché, et les CARIC – Career Advancement Recognition and Information Centres, dans la plupart des cas des unités des chambres de commerce de la branche européenne – traduisent les compétences spécifiques et les certificats corporatifs ou privés délivrés dans une entreprise, branche ou secteur en catégories acceptées dans les autres branches économiques. Le réseau européen des CARICs a son siège à la Chambre de commerce européenne et supervise la production de documents sur les espaces de carrière, les portfolios électroniques transférables, la compilation de guides d’académies d’entreprise et fournit des conseils éducatifs individuels aux consommateurs, moyennant des frais.

1] NARIC – Centres nationaux d’information sur la reconnaissance académique

2] ENIC – Réseau européen des centres nationaux d’information sur la reconnaissance et la mobilité universitaires

À propos adminMSIT001

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée