Accueil / Accueil / Home / Lettre ouverte pour un Plan “Marshall” européen de l’éducation et de la formation pour éviter l’effondrement socio-économique
Digital business revolution concept. Double exposure of business man standing and abstract digital coding on building.

Lettre ouverte pour un Plan “Marshall” européen de l’éducation et de la formation pour éviter l’effondrement socio-économique

Un nouveau paradigme est né auquel les citoyens doivent être éduqués. Un programme éducatif d’adaptation sociétale est requis, il doit être mis en oeuvre vite et viser large. La référence au “Plan Marshall” suggère le caractère d’urgence et l’ampleur que ce programme doit prendre pour assurer à notre continent un avenir souhaitable.

Pour cela, LEAP2040 se mobilise fortement sur cette lettre ouverte/pétition promue par le Collectif EU Resilience créé sur la base de l’éditorial rédigé par la prospectiviste Raphaëlle Bidaut-Waddington dans La Tribune, le 30 mars dernier.

Lisez et n’oubliez pas de signer si vous êtes d’accord !

Signez pétition

A l’attention de  : Ursula von der Leyen, David Sassoli, Charles Michel, Christine Lagarde, Mario Centeno, Werner Hoyer, et tous les représentants nationaux et européens souhaitant agir dès maintenant.

Pour co-signer cette lettre initiée par le EU Resilience Collective : https://you.wemove.eu/campaigns/open-letter-for-a-eu-marshall-plan-for-training-and-education-to-avoid-the-socio-economic-collapse

Les analyses prospectives sont toutes très claires : le Covid-19 provoque une crise économique sans précédent et une vague de chômage dont on sait déjà combien elle sera longue, fastidieuse et onéreuse à résorber. L’Organisation Internationale du Travail anticipe une perte de 12 millions d’emploi pour l’Europe en 2020. Sans aucun doute cela risque de mettre en péril l’Union Européenne et les systèmes nationaux de welfare.  Nous savons également à quel point une crise systémique et un chômage de masse est susceptible de faire reculer la démocratie et d’exacerber les inégalités.  Nous ne sommes qu’au début de la vague du tsunami et il est possible de limiter son ampleur en agissant dès maintenant.

Par cette lettre, nous souhaite porter à votre attention une stratégie de résilience compatible avec vous idées et projets tels que le Green New Deal, la transition Digitale de l’Europe, et la défense d’une société de la connaissance et de la créativité. Cette solution représente aussi une véritable promesse pour l’Europe et pour toutes ses générations. La jeunesse Européenne a tout particulièrement besoin d’un horizon inspirant pour s’engager vers l’avenir.

Au lieu d’attendre l’effondrement, notre proposition consiste à transformer la période de désintégration dans laquelle nous sommes en une opportunité pour apprendre, se former, innover, imaginer le monde d’après, incuber des projets, préparer la renaissance et réorienter l’économie vers des modèles écologiques, digitaux et inclusifs. Tout ne sera pas parfait mais la dynamique socio-économique que nous proposons va nous mener vers une nouvelle forme de prospérité collective compatible avec les Objectifs du Développement Durable.

Mettre en place dès maintenant un investissement massif dans la formation et l’éducation va amorcer un processus vertueux et tourné vers l’avenir, stopper l’explosion du chômage, et même réorienter les écosystèmes de création de valeur(s) pour les rendre durables et inclusifs.

Concrètement, le plan d’investissement et la dynamique de résilience de l’UE fonctionnent en trois temps :

1 – Aider les entreprises à garder leurs salariés en leurs offrant des programmes de formation (locale ou à distance) pour acquérir des compétence d’avenir, innover et rechercher de nouvelles sources de valeur(s) bas-carbone (économie circulaire, circuits courts, potentiel digital, nouvelles formes d’utilité et de contribution, etc.)

2 – Aider, grâce à des formations, les citoyens européens, employés ou au chômage (et sans oublier les étudiants), à développer leur talents, à repenser leur projet professionnel, à devenir “future-proof” et à prendre des initiatives pour un monde plus durable.

3 – Créer un grand nombre d’emplois de formateurs, ceci donnant des opportunités immédiates pour des chômeurs ou de travailleurs indépendants, dont nombres sont déjà vulnérables.

Dans ce scénario, la population reste active, incluse et investie plutôt que laissée en attente et en insécurité dans une processus de dévalorisation et de marginalisation (caractéristiques du chômage).

Il s’agira également de favoriser l’innovation pédagogique vers des formats hybrides, tournés vers l’avenir, couplant savoir, créativité, expérimentation et incubation de projets. Lorsqu’il s’apparente à un laboratoire mixant savoir et expérience, l’apprentissage devient bien plus stimulant. En plus des écoles et des universités, les hubs d’innovation, les tiers-lieux et les centres culturels peuvent aussi développer ce type de formation. Bon nombre d’entres eux le font déjà et sont à l’avant-garde de la formation de nouveaux communs de la connaissance. Que ce soit sous la forme de prototype, de start-up, d’association, de plateforme, de projet collaboratif ou d’événement ad-hoc, ces projets serviront de locomotive à la renaissance, et grandiront graduellement au fil de la résorption du virus. Le design de modèles économiques durables suivra le succès et la pertinence de ces prototypes.

Cette dynamique sociétale qui s’annonce bouillonnante donnera naissance à une nouvelle économie structurelle, circulaire, créative et basée sur la connaissance (et donc bas-carbone), convergeant vers le Green New Deal, parfaitement compatible avec les valeurs fondamentales d’éducation et d’émancipation de l’UE, et restaurant l’idée d’un projet commun. Avec cette stratégie, l’UE peut rénover son économie politique et redevenir une promesse d’avenir pour les jeunes générations et pour tous.

D’un point de vue pragmatique, nous sommes convaincus que la reprise ne viendra pas d’elle-même et qu’un investissement massif dans une formation tournée vers l’avenir réduire plus rapidement le chômage qui s’annonce et sera moins dispendieux pour la puissance publique. A ceci s’ajoute tous les bénéfices pour le climat, pour la vitalité citoyenne, pour l’autonomie européenne, et pour la formation de nouveaux communs de la connaissance et pour une prospérité partagée.

Un mise en place et une distribution des fond peuvent être réalisés rapidement par le biais de plateformes digitales (au niveau européen et/ou régional) faisant se rencontrer les offres et les demandes de formation, et garantissant que l’investissement donnera bien lieu à des emplois européens.

Merci de votre attention,

Raphaële Bidault-Waddington, fondatrice du LIID Future Lab, Paris, liid.fr, rbw@liid.fr

en collaboration avec Marie-Hélène Caillol, president du Think Tank LEAP 2040, Paris. mhcaillol@leap2040.eu

Signez la pétition

Et avec le soutien du Collectif EU Resilience:
– Daniel Amesz, president de l’association AEGEE European Student’s Forum, Belgique.
– Stéphanie Ampart, fairy activist pur So Good Media, HiFlow Genève, et Synergie Family, France.
– Michel Bauwens, fondateur de la P2P Foundation, Belgique.
– José María Compagni Morales, Docensas SL, U, Espagne.
– Marie-Pierre Dequier, co-fondatrice du CollectivZ et de France Apprenante, France.
– Uffe Elbaek, fondateur de la KaosPilot School et de The Alternative, Membre du Parlement danois, Danemark.
– Antonino Galloni, économiste, président du Centro Studi Monetari, et VP du Movimento Roosevelt  Italie.
– Anne Kjaer Bathel, CEO et Co-fondatrice de ReDI School, European Young Leaders (EYL) Network, Allemagne.
– Dan Luca, VP Innovation Stratégique du groupe EURACTIV et professeur associé au SNSPA, Bucarest, Roumanie.
– Marco Moiso, Vice president Supervisor Movimento Roosevelt, IT/UK
– Cédric du Monceau, 1st Substitute in the Belgian European Parliament cdH/EPP, Belgique.
– Harald Neidhardt, CEO et Curator, Futur/io Institute, Allemagne.
– Eudald Parera Riera, Directeur Formation professionnelle, FERRER, Espagne.
– Marianne Ranke-Cormier, Réseau Franck Biancheri et présidente de #CitizensRoute, France.
– Claire Souvigné, directrice des programmes Bachelor, American BBA & MSc /MBA, Groupe INSEEC, France.
– Gavin Starks, founder of Dgen, et précédemment du Open Data Institute, GB.
– Veronique Swinkels, Founder of Go-for-Good, NL.
– Astrid Szogs, Regionalmanagement Northern Hesse, MoWiN network et New Club of Paris, Allemagne.
– François Taddei, Directeur du Centre de recherches Interdisciplinaires,Paris, FR
– Adrian Taylor, Foresight to Strategy for Sustainability and Security in Governance (4Sing), Allemagne.
– Wim Veen, Professeur Em., Delf University of Technology, et fondateur de allyoucanlearn.com, Pays-Bas.
– Maria Zei, Supervisor Movimento Roosevelt, IT/FR

Signez la pétition

Stratégie de résilience socio-économique initialement publiée La Tribune, 30 mars, et en anglais sur medium.com, 11 avril.

À propos Marie Hélène

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close