Accueil / Europe 2020 / Le différend sur l’acier offre à l’Europe l’occasion de montrer la voie à suivre en matière de commerce

Le différend sur l’acier offre à l’Europe l’occasion de montrer la voie à suivre en matière de commerce

par Tim Rogmans
27/06/2002

La décision de l’administration Bush d’imposer des droits de douane sur les importations d’acier en provenance de divers pays constitue certainement une violation des règles de l’OMC. Sur le plan juridique, le mécanisme de sauvegarde invoqué par les États-Unis n’est autorisé par les règles de l’OMC que s’il y a eu une augmentation récente des importations. En fait, les importations d’acier des États-Unis ont diminué en 2001. En pratique, les tarifs douaniers sont une réponse à l’incapacité de l’industrie sidérurgique américaine et du gouvernement à faire face aux obligations de retraite des entreprises sidérurgiques acquises ou en faillite. Sur le plan politique, ces mesures sont une gifle contre les alliés les plus importants de l’Amérique. En outre, le différend risque de dégénérer en un conflit commercial plus vaste et de miner le rôle des États-Unis en tant que promoteur du libre-échange au profit des pays en développement.

Les bénéficiaires involontaires de la protection sont les producteurs américains efficaces dont les marges bénéficiaires augmenteront en raison de la hausse des prix. Les 25 entreprises sidérurgiques américaines au bord de la faillite ne disposeront que d’une certaine marge de manœuvre pour se restructurer, mais les conséquences de la restructuration sont finalement inévitables (à moins que le président Bush n’ait pas vraiment voulu dire que les mesures seraient “temporaires”). Les coûts de santé et les obligations en matière de pension des anciens sidérurgistes ne sont toujours pas pris en compte et ne peuvent être résolus que par une action directe du gouvernement. Les droits de douane nuisent aux consommateurs américains qui doivent payer plus cher l’acier, ainsi qu’aux producteurs d’acier d’Europe, du Japon et de Corée qui perdent un marché d’exportation précieux. Les producteurs européens sont également confrontés à la menace d’un détournement des échanges, les exportations asiatiques qui, autrement, se seraient dirigées vers les États-Unis s’ajoutant maintenant à l’offre en Europe. Comment l’UE devrait-elle réagir ?

L’UE devrait agir, mais ne pas prendre de mesures de rétorsion

L’UE devrait certainement traiter sa plainte dans le cadre de l’OMC et poursuivre les discussions directes avec les États-Unis. Toutefois, le groupe spécial de l’OMC sur le commerce qui vient d’être créé mettra plus d’un an à rendre son verdict et les discussions directes avec les États-Unis n’ont donné aucun résultat. La principale question est donc de savoir s’il faut riposter maintenant. Actuellement, l’UE menace de prendre des mesures de rétorsion, espérant clairement que la menace conduira à l’abolition des droits de douane et que la menace n’aura pas à être mise en œuvre. Compte tenu des performances passées, il est peu probable que la menace européenne impressionne le président Bush. Le gouvernement américain prépare déjà des contre-mesures. Un tel langage pourrait être le début d’un cercle vicieux dans lequel l’escalade d’un différend relativement isolé pourrait nuire à beaucoup plus de relations commerciales et politiques.

Outre le fait que les représailles européennes n’ouvriront pas les marchés sidérurgiques américains, une action porterait également préjudice aux consommateurs européens. Même si une nouvelle restructuration de l’industrie sidérurgique européenne s’avérait nécessaire, cela serait préférable à une protection. Compte tenu de la surcapacité persistante de l’industrie sidérurgique mondiale, l’Europe pourrait encore réduire ses capacités et libérer des ressources pour d’autres activités. Si les sidérurgistes européens étaient affectés, ils pourraient recevoir une indemnisation directe plutôt qu’une protection. En fait, les mêmes facteurs qui font que la protection américaine nuit aux Américains expliquent pourquoi les représailles de l’UE pourraient nuire à l’Europe. Par conséquent, les représailles causent plus de tort que de bien et la menace d’une action européenne est sans valeur si elle n’est pas crédible.

Ouvrir les marchés et promouvoir le développement

L’absence de mesures de rétorsion enverrait également un message fort. Dans un monde où les États-Unis jouent le rôle de leader de facto sur tant de fronts, le commerce donne à l’UE l’occasion de faire preuve de la cohérence et du leadership mondiaux qui font défaut dans le commerce mondial actuel. Le message devrait être que l’UE promeut constamment le libre-échange dans un cadre de règles mondiales (y compris des règles sur des questions telles que la protection de l’environnement et le travail des enfants). Cela profiterait à tous les consommateurs européens, rendrait les marchés européens plus dynamiques et, surtout, montrerait aux pays en développement qu’ils peuvent exporter vers l’Europe. L’Europe deviendrait la référence en matière de mise en œuvre honnête des politiques commerciales, offrant de l’espoir aux pays en développement. La réduction de la pauvreté et de l’instabilité qui en résulte ne peut qu’aider l’Europe.

Un prolongement logique de cet argument est que le démantèlement des mesures de protection de l’industrie agricole et textile européenne devrait être accéléré. La production florale de l’Ouganda ne s’est épanouie qu’après l’ouverture des marchés de l’UE. Les consommateurs peuvent désormais acheter de bonnes fleurs à des prix plus bas et les Pays-Bas peuvent se concentrer sur l’activité où ils disposent d’un véritable avantage concurrentiel : la vente aux enchères, le stockage et la distribution des fleurs. Davantage de débouchés de ce type devraient être créés rapidement et, le cas échéant, les producteurs européens locaux pourraient être indemnisés ou recyclés.

Le différend sur l’acier est un test important pour les relations entre l’UE et les États-Unis et pour l’agenda commercial mondial. Si l’UE prend au sérieux les objectifs qu’elle s’est fixés pour le cycle de négociations commerciales de Doha, qui comprennent la “promotion d’un programme de développement” et la “libéralisation de l’accès au marché”, elle ne peut encourager les autres à s’ouvrir que si elle donne l’exemple. Donc pas de représailles, mais une poursuite agressive du démantèlement des mesures américaines par des discussions directes avec nos partenaires américains et l’OMC.

À propos Comcart Collaborator