Accueil / Europe 2020 / Nouvelle traduction : Permettre au monde musulman

Nouvelle traduction : Permettre au monde musulman

 

par Ralf Teschner
16/10/2002

Supposons un instant que, dans 20 ans, le conflit au Moyen-Orient sera réglé et que Saddam Hussein aura disparu. Israël et la Palestine auront trouvé un accord de coexistence pacifique mutuellement acceptable et le président irakien aura été renversé par son propre peuple ou par des forces extérieures.

Ce sont là les deux obstacles dominants qui freinent le développement dans les mondes arabe et musulman. Des gouvernements de l’Arabie saoudite à l’Iran, de l’Égypte à l’Indonésie s’abstiennent de réformer leur cadre constitutionnel, en grande partie en raison de la situation tragique de leurs frères musulmans en Cisjordanie.

Le conflit israélo-palestinien unifie le monde musulman en général et le monde arabe en particulier. Il fonctionne comme un point de ralliement : toute opposition ou idée politique dissidente est immédiatement rejetée comme sapant la position commune contre Israël. Il est donc facilement utilisé dans certains pays comme prétexte pour retarder des changements dans la société, les systèmes politiques et juridiques ou la gouvernance d’entreprise. Sans le conflit, en outre, le monde arabe aurait peut-être trouvé la force d’évincer Saddam au lieu d’avoir à regarder les États-Unis le faire militairement.

Ainsi, une fois que ces deux obstacles auront disparu, des énergies massives pour le changement seront libérées. Pas nécessairement pour renforcer la démocratie et les droits de l’homme ou pour moderniser la charia, le cadre juridique régissant la vie sociale des communautés musulmanes. Mais pour le changement en général. Même les citoyens loyaux commenceront à se demander ” pourquoi ” plus souvent, remettant plus facilement en question le statu quo.

Bien sûr, les gouvernements existants le savent et certains dirigeants ne sont pas trop mécontents de l’impasse actuelle, qui les aide indirectement à bloquer les réformes et à assurer leur survie politique. Par conséquent, on ne peut pas s’attendre à ce qu’ils adoptent ou même qu’ils entreprennent eux-mêmes des réformes. Au contraire, la réforme sera menée par les forces d’opposition, les médias, les étudiants et les entrepreneurs.

La réforme risque d’être lente à venir. Mais il doit y avoir du changement. C’est peut-être le plus grand défi du monde : un moyen de concilier les intérêts progressistes des musulmans du monde entier de vivre une vie moderne, d’une part, et les forces restrictives de la charia et les intérêts particuliers des religieux musulmans, d’autre part.

Une fois la réforme engagée, l’Occident doit résister à la tentation des sermons et ne doit pas s’attendre à une démocratie immédiate et à l’ouverture des marchés. Les Américains et les Européens sont déjà perçus comme condescendants, condescendants et incapables de comprendre que les États musulmans doivent développer des formes de société différentes du modèle occidental. De nombreuses preuves circonstancielles suggèrent que l’Occident abuse de son pouvoir économique et politique pour contraindre d’autres parties du monde à penser et à agir à la ” manière occidentale “.

Au lieu d’essayer d'”éduquer”, les organisations occidentales devraient croire au pouvoir intellectuel des citoyens arabes. Seule la diaspora palestinienne, dont seulement la moitié vit actuellement en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza, pourrait – étant donné le niveau d’instruction élevé de sa population – libérer une fois libérée de sa situation actuelle une créativité et une vitalité énormes.

Le monde arabe a une influence énorme sur le reste du monde musulman, non seulement par son histoire religieuse et son importance géographique pour l’Islam, mais aussi par l’aide économique considérable qu’il apporte à des pays comme le Pakistan, l’Indonésie, la Malaisie ( ?) et en Afrique. S’ils s’engagent dans une réforme des droits civils, des systèmes éducatifs et de l’économie, les autres pays musulmans pourraient se sentir encouragés à suivre des voies similaires.

L’Occident devrait soutenir toute demande d’information sur les modèles politiques, sociaux ou économiques occidentaux et s’efforcer d’établir autant de liens de base que possible par le biais de programmes d’échanges, de coentreprises et de manifestations sociales communes. Elle pourrait également apporter son expérience dans la gestion de réseaux transnationaux et devrait encourager la création de ces réseaux formels dans le monde arabo-musulman, tant entre fonctionnaires qu’entre citoyens.

À propos Comcart Collaborator