Accueil / Europe 2020 / Un monde inclusif

Un monde inclusif

13 février 2005

par Sundeep Waslekar
13/02/2005

Une fois, j’ai lu une histoire intéressante. Quelqu’un a rencontré un petit garçon de 4 ou 5 ans. Il lui a donné une carte du monde tirée d’un magazine, l’a déchirée en morceaux et l’a mis au défi de la reconstituer. Le garçon l’a fait en quelques minutes. Comment le petit connaissait-il l’emplacement de l’Uruguay et du Vietnam, du Kenya et du Kazakhstan ? Il a dit : “Derrière la photo de la carte, il y avait la photo d’un homme. J’ai rassemblé l’homme et le monde était à nouveau réuni”

Tel est en effet le défi qui se pose à nous : réaffirmer l’esprit humain pour que nous puissions à nouveau rassembler le monde. Le défi consiste à créer un monde inclusif où vous, moi et tout le monde avons un enjeu.

Nous vivons dans un monde d’opportunités. Nous pouvons marcher dans l’espace. Nous pouvons regarder dans le noyau intérieur d’un atome. Pour ceux d’entre nous qui sont inclus, le monde est grand.

Puisque nous excluons de vastes segments de la population de notre monde de possibilités, nous avons également créé un monde à risque. Il y a de la peur à l’Est. Il y a de la terreur en Occident. Il y a une émeute dans le Nord. Il y a le Darfour dans le Sud. Et pour 10 millions d’enfants qui meurent chaque année la bouche vide, le monde est une honte. C’est une honte.

Pour perpétuer l’inclusion et justifier l’exclusion, nous jouons à des jeux. Jusqu’au siècle dernier, le nom du jeu était guerre, génocide et fascisme. C’est maintenant le terrorisme et le contre-terrorisme. Certains l’associent à la religion. Certains disent que c’est lié à l’occupation étrangère. Certains disent que le but est la révolution. Le fait est qu’il s’agit de privation relative. Pour un jeune chômeur en Colombie ou au Népal, il ne suffit pas de savoir qu’il y a plus de gens malheureux au Pérou ou au Cambodge. S’il se sent défavorisé par rapport aux autres dans ses propres capitales ou gagne moins que ce que ses parents gagnaient auparavant, il entre dans la zone RED (privation économique relative) et se prépare à prendre les armes.

Nous n’avons plus besoin d’armes, pas même d’armes intelligentes. La simple insensibilité suffit. Environ 500 millions d’enfants mourront au cours des 50 prochaines années, sans la nourriture qui pourrit dans les greniers de nombreux pays et qui souffre de maladies qui peuvent être traitées. C’est plus que le nombre de meurtres dans toutes les guerres des 2000 dernières années. Voulons-nous vraiment un monde où l’insensibilité est synonyme de confiance ? Voulons-nous vraiment un monde où l’exclusion est synonyme de succès ? Voulons-nous vraiment un monde où la guerre signifie la paix ?

La preuve de notre insensibilité collective est abondamment présente sur le premier continent. J’appelle l’Afrique le premier continent parce que c’est là que l’humanité a commencé. Il y a environ 25 000 ans, il y avait une communauté près du lac Edward d’aujourd’hui. Ils savaient pêcher, cuisiner et compter. Ils ont fait la première table des nombres primaires. Il a été gravé sur ce qu’on appelle l’os d’Ishango. Nous pouvons maintenant le voir dans un musée à Bruxelles. Il y a environ 2500 ans, l’Afrique a introduit le haut fourneau, qui a rendu possible l’industrialisation actuelle. Quelque part sur la ligne, l’Afrique a également inventé le système binaire, menant à la fondation de l’informatique.

Aujourd’hui, une douzaine de pays du premier continent s’efforcent d’accélérer leur croissance économique. Malheureusement, toute cette croissance est dans les poches et très inéquitable. Par conséquent, dans l’ensemble de l’Afrique, le nombre de personnes gagnant moins d’un dollar par jour passera probablement de 350 millions aujourd’hui à plus de 400 millions en 2015. Il faudra encore cent ans à l’Afrique pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement avec ce malaise.

Bien sûr, l’Afrique n’est pas seule. L’Asie du Sud, l’Asie centrale et certaines parties de l’Amérique latine représentent également le bassin mondial des pauvres. D’autre part, le nombre croissant de succès économiques de l’Inde, de la Chine, de la Thaïlande, de la Corée, de la Malaisie, du Sri Lanka, du Brésil et de nombreux autres pays prouve une chose. Il est possible de surmonter la pauvreté et le désespoir. L’espoir a de l’avenir.

Que faisons-nous maintenant pour instiller l’inquiétude dans notre cœur à la place de l’insensibilité ? Que faisons-nous maintenant pour générer la prospérité là où il y a de la pauvreté ? Que faisons-nous maintenant pour construire la paix et déconstruire la terreur ? Il est facile de critiquer. Il est facile d’être cynique. Il est beaucoup plus important de trouver un moyen d’aller de l’avant.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a ravagé une partie du monde, nous avions le Plan Marshall pour la reconstruction de l’Europe. Lorsque le colonialisme a pris fin, nous avons eu le développement pour construire des infrastructures et répondre aux besoins humains fondamentaux des sociétés postcoloniales. Nous avons maintenant besoin d’une transformation pour inclure les exclus dans notre monde d’opportunités. Le développement était une question d’aide. La transformation est une question d’autonomisation. Le développement était une question de survie. La transformation est une question d’actualisation. Le développement, c’était le contexte du désespoir. La transformation concerne le contexte de l’espoir. Le développement était nécessaire pour assurer la vie. La transformation est essentielle pour donner un sens à la vie.

Le cadre de transformation peut être le suivant :

. Non seulement l’alphabétisation, mais aussi le renforcement des capacités

. Pas seulement la réduction de la pauvreté, mais l’emploi productif

. Non seulement un revenu élevé, mais une grande estime

. Pas seulement la gouvernance, mais la participation

. Pas seulement des investissements, mais des partenariats.

En juin 2005, le Groupe de prospective stratégique et l’Alliance des démocrates et des libéraux au Parlement européen ont réuni un groupe de dirigeants concernés pour recommander des solutions aux problèmes de sécurité dans le monde. Il s’agissait d’une rare rencontre de dirigeants des pays occidentaux et islamiques. Dans la salle de commission du Parlement européen, ils ont exposé les paramètres de la transformation mondiale.

Avec la transformation, nous pouvons construire un monde inclusif, comme une maison dans laquelle chaque habitant a un enjeu. Le fondement de cette maison doit être une enfance durable. D’autres ont souligné le rôle de la malnutrition et de l’école primaire pour atteindre cet objectif. J’aimerais me concentrer sur l’enseignement secondaire, simplement parce qu’il est sous-estimé.

C’est au niveau secondaire que les taux d’abandon sont élevés. Il ne s’agit pas seulement d’un approvisionnement suffisant. Nous avons besoin de nouveaux types d’écoles secondaires qui mettent l’accent sur les compétences techniques et professionnelles pour permettre aux élèves de participer avec succès au marché. L’objectif de l’éducation ne peut se limiter à l’alphabétisation. Nous devons penser en termes d’employabilité et de renforcement des capacités.

Bien sûr, l’employabilité ne signifie pas qu’il faille créer des robots et des techniciens. Il est nécessaire d’avoir une éducation complète – y compris en sciences humaines. Nous avons également besoin d’une éducation qui permettra aux élèves d’apprécier d’autres religions et cultures et d’en extraire le meilleur, afin d’améliorer leur propre société.

La civilisation humaine a progressé chaque fois que l’éducation a fonctionné comme un véhicule d’idées à travers les cultures. Il y a environ un millier d’années, les savants de Bagdad étudiaient les mathématiques en Inde et les philosophies en Grèce. Un demi-siècle plus tard, les Européens ont développé une technologie basée sur les fondements des inventions scientifiques arabes. Au XIXe siècle, les Américains ont pris une longueur d’avance grâce à leurs connaissances acquises en Europe. Maintenant, nous n’avons plus besoin d’attendre des siècles pour que les connaissances voyagent. Nous pouvons tirer profit ici et maintenant si nous concevons nos systèmes scolaires de manière à faciliter l’appréciation mutuelle.

Si l’éducation peut fournir la base, l’emploi productif construira les murs de notre maison de l’espoir. Il y a actuellement 100 millions de jeunes chômeurs dans la tranche d’âge des 15-25 ans. Environ 100 millions de jeunes rejoindront la population active chaque année au cours de la prochaine décennie. Au rythme actuel, au moins 10 millions d’entre eux seront attirés dans le bassin des chômeurs, soit 100 millions de plus, soit un total de 200 millions d’ici 2015.

Nous avons démontré notre capacité à transformer le désert en oasis. Il n’y a pas de limite à l’entreprise humaine. Nous avons de l’imagination pour créer de nouvelles industries. Nous avons des millions d’acres de terres dans les régions rurales que nous pouvons rendre productives. Nous pouvons transformer l’agriculture en transformation alimentaire. Nous pouvons convertir la mélasse en énergie. Nous avons besoin d’un plan directeur pour l’emploi productif en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient. Les jeunes hommes en Irak et en Afghanistan, au Rwanda et au Soudan, au Pérou et en Colombie sont des jeunes hommes après tout. S’ils peuvent manier un soc avec dignité, ils n’auront pas besoin d’épées du tout.

Nous avons besoin de nouveaux instruments pour pouvoir créer de nouvelles industries et de nouveaux emplois à grande échelle. Nous devons promouvoir l’esprit d’entreprise et le travail indépendant. Par exemple, le secteur privé peut promouvoir des fonds de capital-risque spécialement conçus pour les micro-entreprises. Il existe déjà une expérience de 3000 sociétés de micro-finance qui peuvent être utilisées. Étant donné que ces fonds sont susceptibles d’être plus risqués, les banques multilatérales de développement et les gouvernements peuvent subventionner les promoteurs dans le cadre de partenariats public-privé.

Dans le même ordre d’idées, il existe des possibilités de capital social pour le renforcement des capacités, la création d’emplois et le développement de l’entreprenariat. Dans l’une des régions les plus pauvres de l’Inde occidentale, les pêcheurs créent des fiducies communautaires où ils versent une partie de leurs revenus à un fonds commun. Il sert ensuite à financer la santé et l’éducation des plus démunis, ainsi qu’à fournir des capitaux d’amorçage aux jeunes pêcheurs pour l’achat de nouveaux bateaux et filets. Le pool commun permet ainsi à une personne après l’autre d’être libérée de ses dettes et de se lancer en affaires.

Pendant que nous construisons les murs de cette maison, nous devons aussi penser au plafond. Mes amis du monde arabe, vos ancêtres sont les fondateurs de la pensée moderne. Au début du IXe siècle, ils comptaient parmi eux Al Khwarizmi, le fondateur de l’algèbre moderne. L’un de vos ancêtres était Al Kindi qui a écrit 250 livres sur la philosophie, la physique, la médecine et la métallurgie. Ibn Haiyan a fondé la chimie. Ibn Haytham a découvert la science de l’optique et a également exploré l’élan et la gravité de la terre 600 ans avant Galilée. Al Biruni a déterminé la circonférence de la terre. Et Ibn Sina ? Il n’y a jamais eu un homme comme lui. Je doute qu’il y ait un jour un homme comme Ibn Sina qui a écrit 450 livres sur la médecine et la philosophie, les mathématiques et l’astronomie. Bien sûr, vous n’aviez pas que des scientifiques parmi vous. Vous avez produit quelques-unes des plus grandes œuvres littéraires, de l’Epopée de Gilgamesh à Rubaiyat.

Pouvons-nous avoir la Maison de la Sagesse dans chaque ville et dans chaque ville, ce qui était une caractéristique régulière de la région il y a mille ans ? Pouvons-nous avoir une recherche florissante en science, technologie, philosophie et littérature pour atteindre de nouvelles frontières dans tous les domaines de l’activité humaine ? Pouvons-nous avoir un Ibn Sina et Al Kindi moderne ?

Nous avons besoin d’une stratégie délibérée pour construire et étendre des milliers d’installations de recherche à la pointe de la technologie dans tout le Moyen-Orient. Si la région récupère son patrimoine scientifique et littéraire et recrée l’âge d’or qu’elle a connu il y a exactement un millénaire, elle peut redevenir un nouveau leader de la pensée pour le monde entier. Il renforcera l’estime des jeunes de la région. Il leur procurera de l’aspiration. Il remplacera le contexte du désespoir par celui de l’espoir. La grande question est de savoir si les dirigeants du Moyen-Orient sont prêts à opérer le changement de mentalité qui s’impose.

Notre nouvelle maison mondiale doit avoir des portes et des fenêtres. Les fenêtres nous disent la différence entre l’obscurité et la lumière. Nous avons besoin d’un nouvel air de réformes à tous les niveaux. Au niveau national, nous avons besoin d’une gouvernance transparente, responsable et participative. Au niveau mondial, nous avons besoin d’une gouvernance qui rende l’occupation et la manipulation impossibles. Nous avons besoin de systèmes politiques qui font de l’inclusion une réalité. Nous avons besoin d’un contexte dans lequel un individu peut penser et agir librement. Nous avons besoin d’une atmosphère où chaque enfant peut rêver. Nous avons besoin d’ouverture pour que chaque homme et chaque femme puisse réaliser pleinement son potentiel.

Enfin, nous avons besoin d’une maison où tous les adultes partagent leurs responsabilités dans l’intérêt du bien commun. À l’heure actuelle, nous avons tendance à dépendre du G-8 industriel pour bien des choses. Nous avons besoin d’une nouvelle façon de penser qui fasse de la transformation mondiale une responsabilité commune de tous. Si le prix du pétrole oscille autour de 60 dollars, tous les pays exportateurs de pétrole, y compris ceux du Moyen-Orient, de la Norvège et de la Russie, accumuleront des réserves excédentaires de plus de 2 500 milliards de dollars d’ici la fin de la présente décennie. Même si le prix tombe à 50 $, ils détiendront entre 1 500 et 2 000 milliards de dollars dans leurs trésors publics. Nous avons besoin d’un nouveau G-8 de l’énergie qui délibère sur les problèmes du monde et affecte des fonds réels à la transformation. Les deux collectifs du G-8 peuvent alors s’unir de temps à autre, de même qu’un autre groupe de huit pays qui sont d’importantes économies émergentes. Il peut s’agir de l’Inde, de la Chine, de la Malaisie, de l’Australie, du Brésil, de la Turquie, de l’Égypte et de l’Afrique du Sud. Ensemble, les trois groupes de 8 peuvent créer un nouveau G-24.

Tous les pays du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique se rendent au G-8 industriel avec des demandes de décisions. Le moment est venu pour les plus performants d’entre nous de mettre en place un nouveau partenariat d’égal à égal pour formuler des stratégies visant à prévenir la mort de 500 millions d’enfants au cours des 50 prochaines années, à réorienter l’éducation et à créer des emplois pour 100 millions de jeunes, à créer des milliers de Maisons de la sagesse pour créer et diffuser de nouvelles innovations scientifiques initialement au Moyen-Orient puis dans d’autres parties du monde et à améliorer la capacité des gouvernements à fournir les biens publics d’une manière responsable.

Bien sûr, il y a les questions d’occupation et les craintes du terrorisme. Il ne sera possible de les aborder efficacement qu’à une nouvelle table, qui représente de nouvelles réalités et de nouvelles aspirations. Ce ne sera possible que si les nouveaux joueurs viennent à la nouvelle table avec l’engagement de donner et de façonner, et non avec l’intention de demander et de suivre.

Le besoin le plus urgent est qu’un groupe de dirigeants se réunisse de manière informelle et forme une boussole morale. Il doit s’agir de dirigeants d’une certaine stature, de gouvernements ou de groupes d’intérêt importants, afin que d’autres les écoutent. Ils peuvent alors explorer des solutions aux problèmes les plus graves que sont la pauvreté, l’occupation et le terrorisme. Les processus informels peuvent lentement ouvrir la voie à un processus formel impliquant les principaux acteurs.

Cette idée de transformation globale pour créer un monde inclusif peut ressembler à une utopie. Cela peut sembler un rêve trop irréaliste. Mais est-il plus réaliste de croire que le monde survivra au cours des 50 prochaines années sur les corps de 500 millions d’enfants ? Est-il plus réaliste de s’attendre à ce que le monde survive à l’angoisse de millions de jeunes au chômage ?

Nous avons besoin d’un monde inclusif, pas seulement parce que nous avons peur de survivre. Nous en avons besoin parce que l’espoir est réalisable. Nous en avons besoin parce que rêver est bon et que les aspirations sont essentielles. Nous en avons besoin parce que chaque citoyen de la terre peut devenir un participant. Nous en avons besoin parce que le lendemain est à nous. Nous en avons besoin parce que l’impossible est souvent possible.

Une fois, j’étais dans un avion qui a failli s’écraser. J’étais une fois à l’hôpital quand les meilleurs médecins du monde m’ont dit que mon fils ne survivrait pas plus d’une heure. Une fois, j’étais dans un endroit secret en train de négocier avec des terroristes alors qu’une douzaine d’entre eux parlaient avec les armes pointées sur ma tête. Dans l’avion, j’ai rejoint une petite équipe spontanée qui a aidé les blessés et les choqués. À l’hôpital, j’ai mobilisé des ressources de connaissances du monde entier. Le résultat est que mon fils est maintenant un petit enfant en bonne santé – aussi vilain qu’un enfant devrait l’être. Et les terroristes que j’ai rencontrés ce soir-là ont abandonné leurs armes.

Ces petites expériences m’ont appris quelques grandes leçons. Il est possible de transformer la mort en vie. Il est possible de convertir la violence en paix. Il est possible de transformer l’obscurité en lumière. Il est possible de transformer le désespoir en espoir. Il est possible de mettre fin à l’exclusion. Il est possible de créer un monde inclusif.

Tout ce que nous avons à faire, c’est de construire notre maison mondiale commune où vous, moi et tout le monde avons un enjeu. Tout ce que nous avons à faire est de réaffirmer l’esprit humain. Nous pourrons alors réunir à nouveau le monde.

Sundeep Waslekar, président du Strategic Foresight Group, a prononcé un discours liminaire lors d’un événement bénéfice spécial pour la Fondation Nelson Mandela à Dubaï le 16 décembre 2005. Ceci est un texte édité du discours.

À propos Comcart Collaborator