Home / Europe 2020 (page 2)

Europe 2020

South America – Leading integration

by Ricardo Migueis 03/01/2005   Good economic results are providing South American countries with the momentum for planning national and sub-regional political and economic strategies, but their different stages of development are creating difficulties only a strong leadership can overcome. Strong economic growth based on exports and buoyant demand, particularly ...

Read More »

The European Union confronted with the challenge of its own democratization – The greatest political challenge for the EU during the next two decades

by Franck Biancheri 23/11/2004   An immense political “depression” is gaining force throughout the European electorate An immense democratic/political “depression” is in the midst of being created in the very heart of European continental politics. The 200 million voters that chose not to participate in June 2004 are the proof. ...

Read More »

The Union is an increasingly important global actor

Global Europe 2020 (Helsinki, October 27, 2004) – Speech of Mr Jaakko Laajava, Under-Secretary of State, Finland 27/10/2004   Mr. Chairman, Distinguished participants, Ladies and Gentlemen For the Ministry for Foreign Affairs of Finland it has been an honour to host this important event, the closing session of a series of 7 ...

Read More »

Shaping the EU’s Future Role in the World

  Global Europe 2020 (Helsinki, October 26, 2004) – Speech of Mr Erkki Tuomioja, Minister for Foreign Affairs of Finland 26/10/2004   “It is a great honour for the Ministry for Foreign Affairs of Finland to act as the host of the seventh Global Europe 2020 session, now held in Helsinki. ...

Read More »

Seminar GlobalEurope 7 / Transversal axes

  Helsinki (Finlandia Hall), October 26 & 27, 2004 26/10/2004   Organised in partnership with the Finnish Ministry of Foreign Affairs Seminar’s executive summary Concept This seventh GlobalEurope 2020 session will take place in Helsinki on October 26th and 27th. It will be organised by the Finnish Ministry of Foreign ...

Read More »

What common EU policy towards Asia?

Executive summuray – Seminar GlobalEurope 2020 / UE-Asia (London, September 29, 2004) 20/10/2004   The sixth GlobalEurope 2020 anticipation seminar, organized by Europe 2020 in cooperation with the British Ministry of Foreign Affairs, was located in the magnificent “Locarno Room” (where the actual Locarno Treaty was signed) of the Foreign ...

Read More »

European Regional Policy in the Netherlands.

by Laura Trofin 11/10/2004 The Netherlands appears seldom in publications dealing with regional policy, genuine or European. Countries like Spain, Italy, Ireland, Germany mostly incite the researchers interests. Despite the small dimensions of the country and of the structural funds implemented here, the manner in which regional policy is understood ...

Read More »

The future of EU-Asia relations

GlobalEurope 2020 (London, Sept. 29, 2004) – Speech of H.E. Edgardo B. Espiritu, Philippine Ambassador to the Court of St. James’s 29/09/2004   I would like to thank the organizers and the hosts of this Seminar for inviting me to participate in this very interesting seminar aimed at deepening our ...

Read More »

Seminar GlobalEurope 6 / EU-Asia

London (Foreign Office, Locarno Room), September 29, 2004 29/09/2004 Organised in partnership with the Foreign & Commonwealth Office Seminar’s executive summary Concept Geographical and cultural distance are two fundamental parameters which have always characterised the relations between Europe and Asia. Indeed the road is long leading from one to the ...

Read More »

Book Review : Lessons for the Future by David Hicks

by Nicholas Reed 23/09/2004 Our vision of tomorrow’s world deeply affects the world of tomorrow. Is destiny manifest or do we manifest destiny ? This is a question that author David Hicks and his colleagues in future studies are developing an answer to. In his book, Lessons for the Future : The ...

Read More »

“Yes to the Constitution… But with Democracy on top of that”

Working document by Franck Biancheri for the cabinets of Ministers Barnier and Haigneré 10/09/2004 Working document prepared by Franck Biancheri, Director of Studies and Strategy for Europe 2020 and presented to the cabinets of Ministers Michel Barnier and Claudie Haigneré in October 2004 I. Yes-But Campaign: Motivations and Principles The ...

Read More »

Note de synthèse Séminaire GlobalEurope/UE-Amérique latine (Lisbonne, 9 juillet 2004) 19/07/2004 Organisé le 9 juillet 2004 par Europe 2020 en coopération avec le Ministère portugais des Affaires étrangères,et avec le soutien et la présence du Secrétaire d’Etat aux Affaires Européennes, M. Carlos Costa Neves, dans le magnifique Centre Culturel de Belem sur les bords du Tage, ce cinquième séminaire d’anticipation GlobalEurope 2020 a traité de la future politique européenne en matière de relations avec l’Amérique latine. La participation nombreuse (45 participants) et de très haut niveau venue de 16 Etats différents a démontré l’importance du thème abordé à un moment où l’Amérique latine s’engage plus que jamais dans la voie de l’intégration régionale et où l’UE cherche à en faire un partenaire stratégique au niveau global. Cette session s’est à nouveau caracterisée par une très grande convergence des opinions et analyses des intervenants et participants européens. La confirmation de cette tendance, à moins de deux séminaires de la fin de cette première série GlobalEurope 2020, permet de regarder avec optimisme la conception et la mise en place d’une politique extérieure commune dans les années à venir. Eloignement géographique et proximité culturelle : voilà le paradoxe qui définit les relations particulières entre l’Europe et l’Amérique latine de ces derniers siècles. De la conquête espagnole et portugaise, à la création de républiques indépendantes ; des flux migratoires massifs venus d’Europe lors de la conquête coloniale et du développement de l’Amérique latine à la tradition d’accueil en Europe des réfugiés politiques latino-américains ; du partenariat honteux dans la traite des esclaves et le massacre des populations indigènes à l’élaboration commune de nouvelles collaborations entre l’UE et le Mercosur, Européens et Latino-Américains partagent plus de 5 siècles d’histoire commune, malgré une grande distance géographique. Comme l’a rappelé en introduction, Monsieur Patricio Aylwin, ancien Président du Chili, pour les élites latino-américaines, la liberté, la démocratie, la science, l’éducation et l’industrialisation sont venus d’Europe. Cependant, dans les vingt années à venir, si l’on peut voir cette « intimité » Euro/Latino-Américaine se renforcer du fait du même rêve commun d’intégration régionale, de partenariat dépassant le seul cadre économique et commercial pour englober la dimension culturelle, politique et sociale, il ne faut pas sous-estimer deux grands facteurs qui feront de l’Amérique latine de 2020 un continent très différent de celui d’aujourd’hui : . d’une part, la montée en puissance des populations indigènes qui devrait se traduire par une redéfinition de l’identité des pays latino-américains notamment dans les Andes et en Amérique centrale . d’autre part, l’évolution complexe de l’influence des Etats-Unis qui restera très importante en Amérique latine et s’opposera aux tendances « europhiles », mais dans un contexte nouveau puisque les Etats-Unis se trouveront également en partie intégrés à l’Amérique latine (la population « latinos » devenant majoritaire dans plusieurs Etats du Sud des Etats-Unis). Ces évolutions dépendront notamment de la manière dont les élites latino-américaines traiteront l’immense question sociale qui conditionne la stabilité politique et le développement de toute l’Amérique du Sud et du Centre. A ce jour, selon un constant unanime des participants au séminaire, ces mêmes élites (politiques, intellectuelles et sociales) paraissent peu à même de faire face à ces évolutions étant soit condamnées à rester dans le domaine de la rhétorique, faute d’instruments opérationnels (par exemple pour faire avancer concrètement les processus d’intégration régionale) et de légitimité politique (pour réellement transformer le système économique et social qui connaît les plus grandes disparités du monde) ; soit se désintéressant purement et simplement du sort de la grande majorité des habitants de leurs pays et de leur région comme l’illustrent les multiples crises financières latino-américaines et les sommes considérables (souvent supérieures à l’endettement externe des pays concernés) placées en Amérique du Nord ou en Europe par ces mêmes élites. Un premier constat s’impose donc : si l’UE veut développer une relation durable et forte avec l’Amérique latine, appuyée notamment sur le renforcement de son intégration régionale qui sert la vision européenne d’une architecture globale fondée sur des ensembles régionaux, elle doit d’une part s’employer dans la décennie à venir à diversifier ses interlocuteurs (sortir des élites d’origine européenne, et accroître ses partenariats avec les populations d’origine indienne en particulier), d’autre part mettre en place des processus (politiques et programmes) visant à responsabiliser les élites latino-américaines dans le partenariat avec l’Europe, et même dans leur propre implication dans la bonne gouvernance de leurs pays. Faute de telles évolutions, la tentative européenne de construire un partenariat stratégique avec l’Amérique latine s’enlisera dans les contradictions du continent latino-américain lui-même (instabilité politique, risques de remise en cause des processus démocratiques, émeutes sociales et/ou ethniques, guerres civiles). Il suffit de suivre l’actualité du continent pour constater à quel point ces tendances sont dès aujourd’hui à l’œuvre : crises financières à répétition (Mexique, Argentine), guerre civile ouverte (Colombie), guerre civile larvée (Venezuela), insurrection sociale et ethnique (Bolivie). Si elle peut paraître ambitieuse, voire utopique, cette approche complexe et globale de la relation UE/Amérique latine n’en reflète pas moins une double attente des deux parties : . L’UE souhaite une Amérique latine forte qui soit son partenaire au niveau global (alors que les Etats-Unis souhaitent une Amérique latine engagée dans un processus piloté depuis Washington) et cette force ne peut naître que d’un continent réconcilié entre ses différentes composantes (trois processus d’intégration régionale sont ainsi à l’œuvre aujourd’hui : Mercosur, Pacte Andin et Amérique Centrale) et entre ses différentes populations (la croissance démographique rapide des populations d’origine indienne implique une redistribution des cartes à venir) . L’Amérique latine a besoin de développement économique et de stabilité politique et les Latinos-Américains aspirent à jouer un rôle global plus important au niveau international. Le développement économique passe bien entendu par un rôle croissant des entreprises européennes dans la région (où l’UE est déjà le premier investisseur direct étranger) et leur diversification au-delà de l’énergie, de la banque et des télécommunications qui sont les trois secteurs principaux d’investissements européens en 2003. Il passe également par le développement d’accords commerciaux comme ceux dits de « quatrième génération » que l’UE vient de conclure avec le Mexique et le Chili, et tente avec difficulté de signer avec le Mercosur. Il passe peut-être aussi, comme l’ont souligné plusieurs participants, par un accord de libre échange UE/Amérique latine intégrant toute l’Amérique latine d’un seul bloc. Cependant, il faut garder à l’esprit que sur un continent sous l’influence dominante des Etats-Unis depuis près de 150 ans, l’UE doit pouvoir démontrer l’utilité de son partenariat (au-delà de l’attirance culturelle immédiate) et la plus-value spécifique qu’elle apporte (en comparaison aux Etats-Unis par exemple). En ce sens, il ne faut pas sous-estimer l’attractivité de l’approche états-unienne qui, privilégiant l’angle commercial, représente une solution idéale pour les classes dirigeantes du continent latino-américain car porteuse de richesse pour elles-mêmes et constitue une solution de facilité pour des gouvernants puisque ne nécessitant pas de réformes importantes notamment dans le domaine social. Même si le « modèle américain » est décrié, il n’en constitue pas moins pour les élites latino-américaines la solution du moindre effort et d’avantages immédiats. Pour illustrer ce décalage entre discours « europhiles » et pratiques quotidiennes, il suffit de constater que 80% des étudiants latino-américains qui vont étudier à l’extérieur de la région vont aux Etats-Unis … pas en Europe ! Il apparaît donc essentiel, et urgent, de rendre identifiable et différenciable (de celle des Etats-Unis) l’offre de partenariat de l’UE. Les débats du séminaire permettent de dégager plusieurs axes : 1. Une offre complète intégrant toutes les dimensions d’un partenariat trans-continental : commerciale, économique, politique, sociale, culturelle, scientifique, sociétale (société civile) et éducative (enseignement supérieur). Cette offre peut s’établir à travers la participation directe à des programmes/processus européens, comme le font par exemple les universités pour le processus de Bologne ; une aide technique généralisée (impliquant formation et enseignement supérieur) aux « techniques » d’intégration régionale (standardisation, normalisation, bench-marking, processus de coopération ouverte inspiré de la stratégie de Lisbonne, coopération douanière, … ) ; création d’un fonds bi-régional de solidarité en partenariat avec les institutions financières latino-américaines et européennes, permettant de limiter l’impact des crises financières et surtout de financer des opérations d’intégration continentale comme les infra-structures) 2. Une offre intégrative, ayant vocation à soutenir l’aspiration à l’intégration de tout le continent latino-américain, et soutenant tous les processus d’intégration propres à la région, visant à lui donner une maîtrise complète de son destin collectif ; et s’adressant aux aspirations d’intégration de toutes les composantes de la société latino-américaine. A ce propos, il est important de constater que les populations indiennes sont porteuses elles aussi d’une aspiration à l’intégration, à travers leurs revendications de dépassement des frontières héritées de la colonisation espagnole et portugaise (et des conflits inter-étatiques du XIX° et début XX° siècle). L’UE pourrait d’ailleurs très utilement lancer/soutenir un programme de préservation/restauration du patrimoine culturel pré-colombien, et aider l’Amérique latine à se doter d’un organisme transnational pour cette préservation/restauration. Outre l’aide à l’intégration régionale, ce serait aussi un signal fort d’une volonté d’être partenaire de tous les Latinos-Américains. 3. Une offre qui se dote de ressources nouvelles afin de faire face au défi que représente la volonté de partenariat de deux continents représentant au total près d’un milliard d’habitants. Ces ressources doivent bien entendu être financières. L’UE doit assumer son discours. Si elle déclare vouloir faire de l’Amérique latine un partenaire stratégique global, elle doit y mettre le prix. Côté latino-américain, il faut renforcer la capacité des acteurs privés et publics à utiliser les aides européennes car il y a actuellement un problème de capacité d’absorption. Mais, le problème n’est pas uniquement budgétaire. Ainsi, si l’UE doit soutenir le développement des liens étroits tissés par l’Histoire entre la péninsule ibérique et l’Amérique latine (comme les sommets ibériques par exemple), elle doit néanmoins diversifier ses propres ressources humaines et se doter d’instruments adaptés à la taille du défi. Tout d’abord, pour réussir, il est essentiel de « sortir la coopération avec l’Amérique latine » du cercle restreint des « spécialistes » pour la dynamiser en y intégrant l’ensemble des pays de l’UE et l’ensemble de sa société civile. En effet, pour l’instant, hors de la sphère économique et commerciale, la coopération UE/Amérique latine apparaît beaucoup trop comme un espace réservé espagnol et portugais (comme l’Afrique l’est pour la France, la Belgique ou le Royaume-Uni). Cela limite ainsi cette coopération à une proportion très faible des Européens et renforce notamment le « barrage » côté européen de la communication uniquement dans les deux langues ibériques (qui en Europe ne sont pas des langues très pratiquées). D’autre part, et les deux choses sont liées (notamment via l’élément linguistique), il est essentiel d’élargir la base des partenariats, notamment société civile, à d’autres acteurs que les spécialistes de l’Amérique latine. Ce sont ces autres acteurs, en particulier dans la coopération décentralisée (universités, ONG, collectivités locales) qui seront porteurs d’innovation, de dynamisme et de valeur ajoutée « européenne » dans le partenariat. L’arrivée de nouveaux Etats Membres, qui ont connu et connaissent encore des processus de transition politique, économiques et sociaux, représente un atout pour la coopération UE/Amérique latine car leur expérience peut être très utile aux Latino-Américains. L’UE doit tenter de développer une telle possibilité. La mise en place d’opérateurs internet servant de « portail » entre les sociétés civiles des deux continents, sur le principe de TIESWEB fonctionnant entre l’UE et les Etats-Unis, pourrait par ailleurs permettre de dépasser les actuelles « mises en contact » qui se limitent à quelques milliers d’opérateurs par an. L’objectif d’ici 2020 c’est d’avoir des centaines de milliers d’interactions entre les sociétés civiles des deux régions. Pour conclure, il faut garder à l’esprit la diversité de l’Amérique latine derrière l’apparente façade d’homogénéité linguistique (Espagnol et Portugais) pour espérer réussir dans cette coopération. Le Portugal et l’Espagne constituent des acteurs centraux de ce partenariat mais, pour qu’il réussisse il faut activement intégrer les autres Etats et sociétés civiles. Car en effet, d’ici 2020, c’est surtout parce qu’ils seront les « portes privilégiées » de l’UE pour les Latino-Américains qu’Espagne et Portugal garderont ce rôle central. Et pour ceux qui pensent que nos continents sont bien lointains pour vouloir être si proches, deux phénomènes simples ont été rappelés lors du séminaire : . il est impossible d’espérer lutter efficacement contre le crime organisé en Europe sans lutter en même temps contre le crime organisé en Amérique latine (exemple bien connu : celui du trafic de cocaïne) . si des crises politiques violentes éclatent demain au Venezuela ou en Bolivie, la moitié des centaines de milliers de personnes qui fuiront ces deux pays chercheront refuge en Europe, via l’Espagne en particulier. La question d’ici 2020 est simple : les relations UE/Amérique latine se nourriront-elles de ce type de crise ? ou bien aurons-nous réussi la mise en place du premier grand partenariat entre deux intégrations régionales qui fonctionnent ? Ce document engage la seule responsabilité d’Europe 2020

Executive summary – Seminar GlobalEurope/EU-Latin America (Lisbon, July 9, 2004) 19/07/2004     This fifth GlobalEurope 2020 anticipation seminar was organised on July 9th 2004 by Europe 2020 in cooperation with the Portuguese Ministry of Foreign Affairs, with the support and participation of the State Secretary to European affairs Mr ...

Read More »

EU-Latin America: Inter-regional investment dynamics

  by Ricardo Migueis 18/07/2004   A new era in inter-regional investment dynamics and a new a priority for the 2007-2013 community support framework have been launched. After the implementation of the Plan Real in 1994, providing the needed macroeconomic stability to Brazilian government, the same trend is taking place ...

Read More »

Seminar GlobalEurope 5 / EU-Latin America

  Lisbon (Belem Cultural Centre), July 9, 2004 09/07/2004   Organised in partnership with the Portuguese Ministry of Foreign Affairs Seminar’s executive summary Concept Geographical remoteness and cultural proximity: such is the paradox on which relations between Europe and Latin America are based. From Spanish and Portuguese conquest to creation ...

Read More »

Europe: a Union without citizens!

by régis Jamin 29/06/2004 Europe has entered into electoral dissent, there is no doubt about it. The big winner of these European elections in 2004 was the abstentionist party with 56% of non-voters, or 232 million citizens among the 352 million voters called to the polls. Unfortunately, this is exactly ...

Read More »

France’s industrial policy after the Aventis-Sanofi merger

by Tim Rogmans 16/06/2004 It took until the terrorist attacks in Madrid for French Prime Minsiter Raffarin to finally speak out on the battle for Aventis between French/German Sanofi and the Switzerland based Novartis. Raffarin said that in this age of terrorism France must make sure that it always has ...

Read More »

Citizens of the European Union, to your weblogs!

by régis Jamin 02/06/2004 The forthcoming European elections on 13 June will once again demonstrate the democratic deficit suffered by our Union, whether through high abstention rates or through the weak European programmes of the national parties.

Read More »

New EU states – Extending democracy through the media

by Charles Fletcher 19/05/2004 Ten years ago, young Romanian journalists training at the BBC School in Bucharest dismissed guidelines on the use of violent pictures in television news. The BBC guideline calls for more sensitivity, restraint on the amount of violent images that can be screened, particularly together in one ...

Read More »

What common EU policy towards Africa?

  Executive summary – Seminar GlobalEurope 2020 / EU-Africa (Brussels, May 5, 2004) 18/05/2004   When the European Communities were founded in 1957, the vast majority of the African continent was still part of the European colonial empires. This tells a lot on how ancient EU-African relations are. Africa is ...

Read More »

A European proposal for an exit strategy from Iraq

  by Franck Biancheri 17/05/2004   In the present circumstances Iraq has no way out from chaos. Quite the contrary : everyday seems to bring even more confusion and sense of tragedy : militia fights, jail abuses, terrorist attacks, bitter oppositions within the US, soaring human and financial costs of US occupation, ...

Read More »

Transatlantic Leadership facing Tomorrow’s Challenges

  Executive summary – 2nd Transatlantic Miami Week (April 26th/30th 2004) 13/05/2004   For three days, a hundred participants and speakers coming from throughout the USA and the European Union, and also from Middle East and Africa, have gathered into the superb location of Miami Children’s Museum in order to ...

Read More »

Seminar GlobalEurope 4 / EU-Africa

Brussels (Egmont Palace), May 5, 2004 05/05/2004 Organised in partnership with the Belgian Ministry of Foreign Affairs Seminar’s executive summary Concept Relations between Europe and Africa are very ancient. Contrary to most other regions in the word, the EU has for itself a rather long experience of relation to African ...

Read More »

Make Your Vote Count

by Adrian Taylor 23/04/2004     Governments and elections Imagine what a scandal would follow if a general election in any EU Member State led to the nomination of a Prime Minister from a party that clearly lost. Worse still, if the policy programme that the Prime Minister designate presented ...

Read More »

Can Hungary Compete?

by Magdolna Csath 16/04/2004   There are only five months before 10 more countries become full members of the EU. How well prepared these countries are for the challenges of the membership, and how ready the EU is for handling the unexpectedly emerging problems and potential shocks of enlargement ? There ...

Read More »